jeudi 11 juin 2020

Mirage, partie 3

Je suis, comme toujours, un peu étonnée, mais plutôt heureuse de vous présenter la partie 3 de la nouvelle version de Mirage. La partie 1 se trouve ici ; la partie 2 se trouve là.
"On m’a appelé irresponsable, fou, sans compassion pour la souffrance des nôtres. Ils voulaient me faire taire, me briser l’esprit. Ils m’ont enfermé six mois pour ça."
Nathanaël de Luz s'est rendu en Ville dans l'espoir de réunir des éléments contre son ennemi politique. Le sylphe Angeline, lui, préférerait trouver de la compagnie. Ada Rousseau-Stiegsen, qui les héberge, se demande comment les intégrer dans son plan de lutte contre son ennemi personnel, histoire qu'elle ne se les coltine pas pour rien.

Voici le lien de téléchargement en PDF.
L'ePub viendra plus tard, si je suis assez motivée pour le faire. N'hésitez pas à le réclamer, je ne sais jamais si ces ePub ont une vraie plus-value sur le PDF.



Ce qui va se dire ensuite est du commentaire de texte par l'autrice du texte, soit pas la chose à lire en premier, voire tout court : vous connaissez la chanson.
.
.
.

Alors, que se passe-t-il de neuf dans cette partie 3 ?
Quelques petites choses, vu que j'essaie de rendre cette histoire vaguement intéressante et que si je ne faisais que répéter encore et encore les mêmes choses je me moquerais un peu du monde.
Après, on est sur une partie de transition où celui à qui il arrive les choses les plus fondamentales, c'est Angeline.




Attends, il s'est passé quoi avec Nathanaël et...?

Nathanaël a pécho.
Dans la version précédente de Mirage, Nathanaël et Ada tombaient amoureux. J'étais plus jeune et, si je pensais déjà que c'était un peu facile d'avoir deux personnages point de vue et de les caser ensemble, j'estimais que si c'était moi qui le faisais, ça allait. Puisque j'ai changé pas mal de choses au personnage d'Ada, qui est notamment mariée et heureuse en mariage, ça ne devait pas rester et je pense même que c'est mieux comme ça.




La religion par quelqu'un qui ne comprend rien à la religion

Le monde de Mirage est censé être inspiré de ce que je comprends de l'Europe du Sud (d'où le nom Sudropée que vous verrez poper de temps à autres), mais sauce je-ne-suis-pas-sûre-de-la-date-monde-alternatif-magique ; du coup, comme beaucoup de fantasy, c'est eurocentré, et fait exprès en plus.

Sauf que quand j'ai commencé cette histoire, j'avais dix-neuf ans, et ma compréhension des dynamiques de l'Europe du Sud était quand même très très lacunaire. Il m'est venu à l'esprit que, dans ce monde où la science n'a pas tout expliqué, certaines personnes croient peut-être en une religion, au moment d'écrire l'ancienne partie 5. Il m'est venu à l'esprit que, si je veux vraiment que ça ressemble à l'Europe du Sud au fil du temps, il devrait y avoir PLUSIEURS religions, un peu avant d'écrire la nouvelle partie 3.

Il y a donc désormais quatre grands courants religieux principaux : le sélénisme, qui est majoritaire avec des adeptes dont la ferveur va de "je ne vais plus à l'église qu'une nuit par an" à "je suis l'assistant non-officiel de mon prêtre", l'hélisme, qui a une petite communauté solide, le bergerisme et le polarisme, qui sont plus anecdotiques.

Évidemment, dans ces "quatre courants" vous aurez reconnu quatre astres : la lune, le soleil, l'étoile du berger et l'étoile polaire. Mon idée était de faire suffisamment simple pour que vous, lecteurs, ne soyez pas submergés par une masse d'infos impossible à retenir, pas d'imiter la complexité des religions de la vraie vie. Je veux vous mettre dans une ambiance, pas vous donner l'impression qu'il y a un devoir sur table noté à la fin du bouquin.

De toute façon, je suis athée et j'ai été élevée hors la religion : je n'essaie pas d'avoir un propos sur la foi, c'est seulement que j'ai réalisé qu'une totale absence de foi dans ce monde de fantasy avec des humains dedans était une prise de position politique inconsciente que je n'avais pas envie de faire.




Et alors comme ça, ça se passe sur une île ?

Ouais, le pavé lui-même n'aborde toujours pas la forme du monde, pas vrai ? Je suppose que ce sera pour une autre fois ; en partie 4 ou 5, on devrait finir par en parler.

Le truc qui m'ennuie et qui continue de me motiver avec Mirage c'est que c'est censé être un de ces romans de fantasy "totale" où tout est censé avoir de l'importance et être interconnecté et oh là là oui le worldbuilding c'est formidable, ce qui ne fonctionne que si le bouquin est très bon.

Après, vous me direz, c'est mon temps d'écriture, mon énergie créative et mon blog : je me lance dans des entreprises stupides si je veux.

Déjà, un jour, il faudrait que je réfléchisse à un autre titre : un million de bouquins s'appellent déjà Mirage.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire