lundi 26 juin 2017

Organiser ses notes

Personne debout portant une pile de documents dans ses bras, la pile est si haute qu'elle dissimule le visage de son porteur.
Et encore une image piquée sur Internet,
ça va pas mieux l'éthique de ce blāūg.

 Je vous propose de démarrer cet article sur une sympathique note d'auto-apitoiement.

[auto-apitoiement]

J'ai envie d'écrire des articles parlant d'écriture histoire de ne pas avoir l'air d'une artiste solitaire observant la plèbe depuis sa Tour d'Ivoire et refusant de partager son expérience.

En vrai, il s'agit moins de snobisme que de sentiment de n'avoir rien à apporter à un domaine qui a déjà organisé beaucoup de pixels sur les écrans de tout le monde.

Du coup, quand j'essaie d'écrire un article écriture, j'essaie de faire un thème sur lequel je n'ai jamais vu écrire d'articles.

Or, le sujet ayant déjà organisé beaucoup de pixels sur les écrans de tout le monde, trouver un truc inédit est difficile (surtout pour moi).

C'était la minute auto-apitoiement.

[/auto-apitoiement]

Du coup, après avoir parlé de cette idée d'écrire des nouvelles sur ses gros univers sans attendre d'écrire LE ROMAN, je voulais évoquer une activité annexe à l'écriture de LE ROMAN, toujours en partant du principe que vous écrivez dans un genre qui nécessite de développer un univers (fantasy, science-fiction, espionnage, saga familiale dans le Vercors).

Si vous voulez avoir "un univers", vous voulez ne pas oublier des détails importants de cet univers.

Vous allez peut-être, à moins que vous ne préfériez tout retenir dans votre tête, prendre des notes.

Et là, vous avez deux choix :
  1. Vous les écrivez une fois à l'arrache, vous perdez la feuille dans votre appartement ou le fichier sur votre disque dur, et vous ne les relisez jamais (sauf une fois, dans dix ans, quand vous aurez abandonné le projet) ;
  2. Vous les écrivez lisiblement et les stockez intelligemment afin de vous reposer sur elles pendant l'écriture.
Aujourd'hui, on va parler du deuxième.

samedi 24 juin 2017

Combien d'entre vous n'ont pas pu poster de commentaires ?

Trois phylactères de bande dessinée s'entrecroisant
Y en a marre.

Cela fait plusieurs fois qu'on me signale un problème avec mon blāūg : poster un commentaire ne fonctionnerait pas trois coups sur quatre, sans que je comprenne d'où cela vient.

Depuis à peu près toujours, les commentaires de personnes anonymes sont autorisés ; depuis à peu près toujours, les commentaires ne sont pas modérés ; depuis à peu près toujours, les commentaires ne sont pas soumis à une validation par captcha.

Qui peut ajouter des commentaires ? Tout le monde (y compris anonyme). Modération des commentaires ? Jamais. Afficher la vérification des mots ? Non.
La preuve. EN IMAGES.
Je ne parviens pas à comprendre le problème, c'est pourquoi je veux faire appel à la communauté pour tâcher de le résoudre.

Ensemble, camarades, pratiquons des tests, voyons ce qui fonctionne ou pas ; créons ainsi un guide d'aide au postage de commentaires pour ceusses d'entre nous qui n'ont pas le temps d'essayer vingt-huit méthodes, pour la plus grande gloire du blāūg !

N'hésitez pas à poster le résultat de vos expérimentations en commenta...

...

Et merde.


Bon :
  • Les comptes Google peuvent poster sans problème.
  • L'option "Anonyme" et l'option "Nom/URL" n'ont pas de captcha "lettres", parce que je l'ai bien désactivé, mais il y a un reCaptcha (le bouton "je ne suis pas un robot) que je ne peux pas faire sauter.
  • Je n'ai pas retrouvé la situation où Blogger refuse complètement de passer le commentaire.

Alex a cherché une solution de son côté, et il a été beaucoup plus efficace que moi puisque c'est un pro.

Si vous postez en Anonyme ou en Nom/URL, un reCaptcha est censé s'afficher (le bouton "je ne suis pas un robot"). Si Google pense que vous êtes un robot quand même, un autre test d'humanité est censé s'afficher. Parfois, ces trucs-là ne chargent pas. Sauvegardez vos commentaires dans un coin, rechargez la page et retentez votre chance.

Toutes mes excuses pour le désagrément.

jeudi 22 juin 2017

Les chrysanthèmes, nouvelle

Ceci est une nouvelle. Recevez mes remerciements.
Il y avait un cadre ; dedans, une photo ; autour, un texte.
Morena se rend quelque part ; son smarphone le devine et essaie d'adapter son fonctionnement en conséquence. C'est assez malvenu.
Voici un lien de téléchargement en PDF
Voici un lien de lecture en ligne sur Calaméo


dimanche 18 juin 2017

News du 18/06/17



Nous sommes en juin.

C'est fou.


MP3

Le 10, c'était MP3@Paris - Épisode 2. C'était chouette. (Mais, les gens, quand vous vous inscrivez comme bénévole il faut venir à la convention. Sinon c'est embêtant pour les autres bénévoles.) J'ai revu plein de gens bien, et rencontré pour la première fois d'autres gens. Trop de pseudos et pas assez de mémoire pour namedropper tout le monde, malheureusement. Si vous m'avez dit bonjour, vous comptez dedans. (Sauf si vous avez forcé comme un malade pour poser votre bouche sur mes joues alors que je ne vous connaissais pas parce qu'il y a des limites à ma sympathie).

Tant qu'on parle de MP3, je suis passée de stagiaire à membre plénipotentiaire dans Oriog Créations1, avec le deal que j'en fais partie jusqu'à ce que je ne puisse plus en faire partie. (Là je suis censée vous parler du Tipeee pour être parfaitement corporate ; tous les sous balancés dessus servent à payer de l'hébergement web et de l'avance sur goodies.)

Ensemble, nous préparons une saga de l'été2 qui, j'espère, sera chouette. (Et terminée. Mais vu les antécédents de mes collaborateurices, je ne doute pas de leur capacité à finir des trucs).

J'ai toujours autant confiance dans la sortie de l'épisode 1 de Tout le monde aime le prof le 4 septembre. :3


Écriture

J'ai presque fini de corriger Saxifrage. Une dernière lecture pour vérifier si je n'ai pas oublié quelques conneries puis je le collerai. Je me suis enfin décidée sur les dates : les cinq premiers chapitres sortiront le lundi 10 juillet et les cinq derniers le lundi 14 août. Un petit mois d'aventure après la mort de l'Univers, j'espère que ça va vous plaire.

Je ne sais pas si vous avez vu passer le livret imprimé par les gens d'Oriog, "Histoires courtes" ; il sera également disponible en PDF sur le site, un jour, peut-être. Il contient quelques nouvelles inédites à moi dedans, du genre ultra-court, et je n'en suis pas peu fière. Elles appartiennent à un projet encore secret pour le moment qui est la première collaboration entre Draig et Ranne et oim'. Vous en aurez des nouvelles.


Vraie vie

Dans la vraie vie, il se passe plusieurs trucs.

Primo, je taffe toujours pour une association qui fait des animations scientifiques. J'apprends toujours plein de trucs et c'est toujours intéressant et c'est toujours ultra-structurant pour mes journées.

Même si syndrome de l'imposteur à fond la caisse. Je respire à fond et j'y vais, mais ça me creuse souvent le bide. Parfois j'ai l'impression que mon patron teste le principe de Peter sur moi le plus rapidement possible.

Deuxio, il y a des projets d'avenir. Mon compagnon veut m'embarquer dans une série de voyages qui nous ferait faire n'importe quoi en 2018. De mon côté, je voudrais bricoler une sorte d'expo/pas-expo/je ne sais pas ce que je fais qui ferait plaisir à mon petit cœur d'amatrice de SF et je ne sais pas quand j'en trouverai le temps. (2019 ? Qui sait.)

Tertio...
...
Bon, on va étirer un peu la définition de vraie vie.

Parfois je me demande si ça vous dirait d'avoir les textes d'ici sous une forme un peu plus matérielle. Je ne sais jamais trop par quel créneau vous demander ça, parce que tout le monde n'est pas sur Twitter ni Facebook ni ici. Personnellement je rechigne à acheter des livres auto-publiés, même de gens très sympas, parce que je suis une sale snob des livres, alors ce serait assez hypocrite de ma part de m'y mettre. Mais eh, admettons : si je ne fais imprimer que des exemplaires commandés, si vous savez exactement ce qu'il y a dedans à l'avance... Ça pourrait être chouette.

Pour l'instant les seuls textes éligibles seraient Saxifrage - si j'y ajoute quelques nouvelles dans le même univers pour épaissir un peu et pour compenser la perte de la mise en forme - et des grosses nouvelles comme La Solitude ou Poisson dans l'eau. Pas très intéressant donc. Mais souvenons-nous que je veux envoyer l'Ecriture des Rêves à des maisons d'éditions et qu'une fois qu'elles l'auront toutes refusé je serai libre d'en faire ce que je veux, y compris un petit tirage rigolo.

Enfin, n'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez :
  1. "Lol non, tu écris mal"
  2. "Lol non, moi aussi je suis snob des livres et je n'achète pas auto-édité"
  3. "Lol non, c'est juste une ruse pour voler l'argent des abonnés"
  4. Obi-wan Kenobi.
Salut à vous, au prochain article !



  1. L'adresse devrait changer, dès que Draig aura acheté la petite formule Wordpress premium qui va bien.
  2. Le site vous indique que c'est moi qui ai choisi la couleur mais ne vous donne pas l'information la plus intéressante : je l'ai fait en tapant un code hexadécimal au hasard.

mercredi 14 juin 2017

Faire un arc-en-ciel avec des maths et de la sélection de couleurs


Suite au dernier article, je sais que vous vous posez tous plusieurs questions de la plus haute importance, qui méritent des réponses précises, rapides, et qui ne tournent pas autour du pot.



 "@now@n se moque-t-elle de nous ?"

"Ce blāūg n'est-il plus bon qu'à jeter ?"

"L'argent des abonnés sera-t-il rendu ?"

Mais, surtout :

"Comment puis-je, avec les seuls petits logiciels de graphisme pourris que je possède, réaliser d'aussi beaux dégradés arc-en-ciel que ceux des tableaux de l'article précédent ?"

Spécimen.
Eh bien mes chers, je vais vous révéler mon secret, et ce secret tient en trois lettres :

TSL.


Le secret des arcs-en-ciel numériques

Prenons ce nuancier que connaissent tous ceux qui ont Windows :


Vous pouvez le trouver en cherchant des couleurs pour votre mise en forme dans la suite Office, dans Paint... Il est partout.

Pour fabriquer un dégradé régulier de type arc-en-ciel, vous voulez aligner un certain nombre de nuances qui se fondent bien les unes derrière les autres.

Ce "certain nombre de nuances", soit il est imposé (dans mon tableau spécimen, j'avais 26 nuances à attribuer), soit vous le décidez maintenant. Appelons-le N.

Le nuancier fabrique une couleur en lui considérant au moins trois coordonnées : sur l'exemple, vous voyez que la couleur blanche a pour coordonnées Rouge-Vert-Bleu, ou RVB, (255, 255, 255).

Une coordonnée, ça va de 0 minimum à 255 maximum, donc ça peut prendre 256 valeurs différentes.

Changer les coordonnées RVB est un peu ennuyeux pour fabriquer des arcs-en-ciel. Heureusement, ce ne sont pas les seules que le nuancier met à notre disposition : cliquons sur le petit menu déroulant.

Vous voyez l'option RVB, pour Rouge Vert Bleu, et l'option TSL, pour Teinte Saturation Luminosité.

Cliquons dessus sans peur et regardons ce qu'il s'y passe.
Cette fois-ci la couleur que j'ai choisie pour illustrer n'est pas du blanc mais le rouge le plus pétant disponible sur le nuancier.

En coordonnées RVB, c'est du (255, 0, 0) ; comme vous le voyez, en coordonnées TSL, c'est du (0, 255, 128).

Pour vulgariser très vite, la teinte est la position horizontale sur le nuancier : le 0 correspond à cette nuance de rouge à l'extrême-gauche et plus on augmente la teinte plus on se décale vers la droite.
(Ceci n'est pas un commentaire politique).

La saturation est le niveau de "pétance" de la couleur ; elle correspond à un déplacement vertical dans le nuancier. À 255, nous sommes tout en haut, là où les couleurs sont vives ; à 0, on tombe dans la zone grise en bas du nuancier.

La luminosité est un décalage vers le blanc ou vers le noir de la couleur. À 128, nous sommes pile au milieu (128 est la moitié de 256) : ni éclairci, ni assombri.

Notez que le nuancier de Paint ne fonctionne pas exactement pareil :


Pour lui, le TSL se calcule de 0 à 239 (ou 240, parce que what). Du coup, la saturation max est de 240, la luminosité "neutre" à 120. Sinon, même principe.

Les coordonnées TSL sont infiniment plus pratiques que les RVB pour fabriquer un nuancier bien régulier.

Si vous jouez sur la teinte, vous obtiendrez le premier dégradé que je vous ai posté là-haut, en tout début d'article. ↑

Si vous jouez sur la saturation, vous obtiendrez quelque chose de similaire au deuxième dégradé.

Si vous jouez sur la luminosité, vous obtiendrez le même genre de gradient que le troisième dégradé.

Vous vous souvenez de N, le nombre de nuances que vous voulez, qu'on a défini tout à l'heure ? On va en avoir besoin.


Passons à la pratique

Allons-y : fabriquons des arcs-en-ciel saturés à fond, avec une luminosité neutre, en augmentant la valeur de N. Je commence avec N = 3.

Version "256"

Je pars de TSL (0, 255, 128).

Je ne veux bouger que la valeur de T de 0 à 255. Je calcule 256/N : 256/3 = 85,3333 à l'infini. J'arrondis à l'inférieur ; mes trois valeurs de T seront 0, 85 et 170.

Version "240"

Je pars de TSL (0, 240, 120).

Je ne veux bouger que la valeur de T de 0 à 239. Je calcule 240/N : 240/3 = 80.
Même pas besoin d'arrondir : mes trois valeurs de T seront 0, 80 et 160.

Voici ce que ça donne avec différentes valeurs de N :


Notez que comme j'avais deux outils sous la main j'en ai profité pour utiliser l'échelle qui m'arrangeait :

256 est divisible par 2, 4, 8, 16 ; 240 est divisible par 2, 3, 4, 5, 6, 8, 10, 12, 15, 16.


Voilà !

Voilà, vous avez mon secret pour faire des arcs-en-ciel. Notez que généralement j'utilise une valeur de luminosité vers les 200 pour ajouter un effet pastel qui lie mieux les morceaux de l'arc-en-ciel entre eux.

J'espère que cet article vous aura été utile à quelque chose (même si je ne vois pas à quoi) et je vous souhaite une bonne journée.

dimanche 11 juin 2017

Additionner le résultat de plusieurs dés : des probabilités à la main.

Souvenons-nous de cet article parlant de figures géométriques où je vous ai montré mon incapacité à prouver de la géométrie et où j'ai vérifié à la main une relation qui dit que la somme des angles d'une figure géométrique régulière valait (nombre de côté - 2)π / (nombre de côtés).

Récemment, j'ai encore trouvé un moyen de me compliquer la vie en recherchant à la main quelles sont les probabilités, en lançant plusieurs dés à six faces, de faire chaque somme des points de tous les dés.

Voulez-vous faire avec moi ce beau voyage au royaume des mathématiques découvertes par quelqu'un qui ne sait pas compter ?1


Un dé, deux dés

Quand je lance un dé à six faces, j'ai une chance sur six de faire chacun des résultats (1, 2, 3, 4, 5, 6).

Je vais ignorer le fait que je vous affirme cette idée absolument sans preuve et vous demander de garder ça en tête.

Quand je lance deux dés à six faces, il existe trente-six combinaisons des deux dés (6 x 6 ou 62), mais certaines de ces combinaisons me donnent le même nombre total de points.

J'ai bricolé un tableau sur Excel parce que j'aime secrètement les tableurs.

Les 36 combinaisons possibles pour le lancer de deux dés à six faces
Avec des couleurs sympas, c'est plus facile de compter avec ses petits doigts le nombre de fois où un nombre total de points revient parmi ces 36 combinaisons de dé :

Le nombre de fois où 
chaque total de points revient
Diagramme indiquant le nombre total de points 
sur les deux dés en abscisse et le nombre de fois 
où il revient dans le tableau en ordonnée
← Et là vous vous dites : cool, ces mathématiques vont être faciles pour une fois.

Pour le coup c'est pas très très difficile de visualiser le profil de tous les totaux de points alignés, mais on va le faire quand même →

C'est linéaire et c'est très cool, mais on aurait tort de penser qu'avec trois dés il se passe la même chose.


Trois dés

Quand je lance trois dés, mon tableur Excel boude : il n'est pas en trois dimensions, et il voudrait que j'utilise ses lignes et ses colonnes intelligemment pour y pallier.

Mon premier réflexe a été de me dire : "Eh, j'ai qu'à mettre le résultat de deux dés en colonne et le résultat du troisième dé en ligne !" Et voici :

Les combinaisons possibles pour le lancer de trois dés à six fa... attendez un peu ?
Vous avez vu ce que j'ai oublié ? Oui, je suis sûre que vous l'avez vu. Vous êtes plus malins que moi.

En fait, ça, c'est le tableau pour ce que j'obtiens quand je lance un dé-11 qui commencerait par 2 et un dé-6 : une chance sur onze d'un côté, une chance sur six de l'autre. Mais je n'ai pas une chance sur onze de faire 2, 3, 4, etc. : j'ai une chance sur trente-six de faire un total de 2, deux chances sur trente-six de faire un total de 3, trois chances sur trente-six de faire un total de 4, etc. Donc mon tableau, là, soit il est complètement nul, soit il lui manque un truc.

J'ai rebricolé un tableau à 3 entrées comme ceci :

Les combinaisons possibles pour le lancer de trois dés à six faces

Cette fois-ci tout va bien, je ne peux pas me tromper, j'ai bien tout envisagé.

Le tableau est beaucoup moins lisible, mais techniquement je peux toujours m'amuser à compter combien de fois chaque combinaison revient pour établir les probabilités qu'elle tombe !

Le 3 n'est présent qu'une fois, le 4 trois fois, le 5 six fois, le 6 dix fois...

En fait, le 3 tombe (1) fois.
Le 4 tombe (2+1) fois.
Le 5 tombe (3+2+1) fois.
Le 6 tombe (4+3+2+1) fois.
Le 7 tombe (5+4+3+2+1) fois.
Le 8 tombe (6+5+4+3+2+1) fois.
Le 9 tombe (5+6+5+4+3+2) fois.
Le 10 tombe (4+5+6+5+4+3) fois.
Le 11 tombe (3+4+5+6+5+4) fois.
Nombre de fois où chaque combinaison est revenue
Le 12 tombe (2+3+4+5+6+5) fois.
Le 13 tombe (1+2+3+4+5+6) fois.
Le 14 tombe (1+2+3+4+5) fois.
Le 15 tombe (1+2+3+4) fois.
Le 16 tombe (1+2+3) fois.
Le 17 tombe (1+2) fois.
Le 18 tombe (1) fois.

Vous pouvez checker le tableau, tout ceci fonctionne très bien.

Du coup, la probabilité d'avoir chaque total des points est égale au nombre de fois où le total de points revient sur le nombre total de cases dans mon tableau (6 x 6 x 6 = 63 = 216).

Regardons quelle tête a tout ce monde-là quand on transforme les nombres en colonnes et qu'on les aligne dans un diagramme.

Notez qu'entrer des titres crédibles dans mes diagrammes Excel m'ennuie.
Le profil n'est plus exactement celui d'une pyramide comme tout à l'heure : on est plus sur une courbe en forme de cloche - qu'on appelle gaussienne.

La prochaine fois qu'un matheux vous lancera "Je me gausse, pauvre cloche !", vous saurez de quoi il parle.

Bon, qu'avons-nous vu ? Que c'était pas si évident de retrouver les probabilités de faire tel ou tel résultat avec trois dés ? Fichtre, normalement mes articles sont plus riches en contenu que ça d'habitude. Hum.

On peut noter que mon premier tableau n'est pas complètement à jeter, mais pour qu'il soit correct il a besoin d'un ajout.

Soit je reprends ma colonne "résultats des lancers des deux premiers dés" mais je la rectifie pour qu'elle reflète bien les chances d'obtenir un résultat ou un autre, et j'obtiens ça :

Les combinaisons possibles pour le lancer de trois dés à six faces
J'y vois un peu plus clair que tout à l'heure.

Soit j'ai la flemme et j'y vais à la waneuguène, et je fais ça :

Les combinaisons possibles pour le lancer de trois dés à six faces
C'est le même mais en plus compact et en moins visuel.

Les trois tableaux nous donnent le même résultat, notez bien. Le premier permet d'être certain de ne pas se tromper, le deuxième est peut-être plus simple à compter, et le troisième modèle plus compact peut me permettre de limiter le nombre de kilomètres de cet article.


Toujours plus loin, toujours plus fort : prenons quatre dés

Vous connaissez la chanson maintenant.

Combinaisons possibles : 6 x 6 x 6 x 6 = 64 = 1296

Gros tableau :


Combinaisons possibles pour le lancer de quatre dés à six faces
Petit tableau :

Combinaisons possibles pour le lancer de quatre dés à six face
Probas :

Nombre de fois où chaque combinaison 
donne le même total de points
Diagramme indiquant :
- le nombre total de points sur les quatre dés en abscisse
- le nombre de fois où il revient dans le tableau en ordonnée



Encore une fois, on voit que le diagramme prend une jolie forme de cloche.

La probabilité de faire un des résultats "du milieu" est plus forte que celle de faire un résultats "des côtés" : ici, on a plus d'une chance sur deux de faire 12, 13, 14, 15 ou 16 que tous les autres résultats.
(On a exactement 676 chances sur 1296, soit ~1,043 chances sur 2).


ALLEZ ON S'ARRÊTE PAS ON FAIT LES CINQ DÉS

Combinaisons : 6 x 6 x 6 x 6 x 6 = 65 = 7776

Gros tableau :
Pourquoi ajouter une légende quand ce tableau est déjà légendaire ?
Petit tableau :

Plus sérieusement, j'ai une petite flemme et horreur de me répéter.
Probas :



Blablabla
Vous savez ce que
c'est maintenant.
Notons que cette fois-ci je n'ai pas regardé s'il existait une relation intéressante à base de 1, de 2, de 3, de 4, de 5 et de 6 qui donne ces résultats.


Je pourrais probablement retourner chercher la formule mathématique déjà trouvée par des gens plus intelligents que moi qui me donnerait la solution, mais où serait le fun ?

Encore une fois, les totaux de points qui ont plus de combinaisons différentes possibles pour s'additionner sont celles qui vont avoir le plus de chances de sortir au lancer, tout simplement parce que "additionner des points" est la base de tout cet article.

Ça ne change rien au fait que si j'arrête de compter les points sur les dés et que je considère chaque combinaison comme unique (la combinaison 1-1-2-1-2 n'étant pas la même que la combinaison 1-2-1-2-1, évidemment pour ça il faut que j'identifie mes cinq dés), chacune n'a qu'une chance sur 7776 de sortir.

Diagramme ? Allez, diagramme.
 
 Encore une fois courbe en cloche, de plus en plus prononcée.

Tiens, je n'y avais pas pensé avant mais nous avons désormais assez de dés pour jouer au Yahtzee (aussi appelé Yam's dans certaines régions).

Bon, évidemment le Yam's s'intéresse à des combinaisons particulières et pas uniquement à des totaux de points, et les joueurs ont trois lancers au cours desquels ils peuvent garder certains dés et en jeter d'autres, donc l'applicabilité de ces résultats au jeu n'est pas très bonne.


ALLEZ LES SIX - non je déconne

Je vais arrêter là et vous avouer la vérité : je ne vais nulle part avec cet article. Je voulais juste m'amuser un peu avec de la mise en forme, que ce soit sur mon tableur ou sur cet article.

S'il faut une vraie conclusion, elle est déjà écrite ci-dessus : "Encore une fois, les totaux de points qui ont plus de combinaisons différentes possibles pour s'additionner sont celles qui vont avoir le plus de chances de sortir au lancer"

Autrement dit, ce qui a plus de moyens d'arriver a également plus de chance d'arriver. Vous aviez cru que cet article parlait de maths ? Boum, je vous ai eus : c'était du développement personnel depuis le début.

Je perçois télépathiquement votre absence d'hilarité suite à cette blague hilarante. Finissons-en.



  1. Mais qui a quand même été professeur de maths. Le niveau de l'Educ' Nat', j'vous jure.

jeudi 8 juin 2017

Le départ te ment, nouvelle

Grand merci à vous pour votre clic.

« Tu cours à ta perte. »
« Je ne pense pas, car je pratique une activité physique régulière et je consomme cinq fruits et légumes par jour tout en limitant le gras, le sucre et le sel dans mon alimentation. »

Le Département devait déployer le potentiel de l'humanité. Ça a capoté.

Voici un lien de téléchargement en PDF.
Voici un lien de lecture en ligne sur le site Encrier.org.