mercredi 15 septembre 2010

News du 15/09/10

Mince, déjà le quinze.
Que vous dire, ô public chéri mon amour ?
Peu de nouveautés ce mois-ci... Enfin non. PAS de nouveautés ce mois-ci. Rien que quelques chapitres de Mirage et la fin du troisième de Katzumi, pour lequel j'ai vraiment, vraiment, vraiment très mal géré les sorties.

De quoi vous parler ? Je me suis aperçue d'un truc.
J'ai bien des idées de nouvelles, mais il est plus satisfaisant pour moi d'écrire Mirage.
Je suis sur le quatrième opus de Katzumi, mais je préfère écrire Mirage.
Pourquoi ? Peut-être parce que par l'Encrier, j'ai des retours immédiats.
Je me suis toujours moquée de ceux qui ne vivent que pour leurs lecteurs et se plaignent du manque de retours. Ce n'est ni gentil ni malin, mais je l'ai fait. Sauf que j'ai chopé le virus. J'ai besoin de ce dialogue bizarre.
C'est bien un truc idiot et spécifique à Internet. Écrit-on systématiquement à l'auteur d'un livre pour lui dire qu'on a aimé son livre ? Répond-il ?
Je ne sais même pas pourquoi je me prends la tête.
J'ai soif de retours, de "comm'z", d'avis. Je ne suis pourtant pas moi-même grande distributrice de ce genre de messages.
J'ai honte de moi.
Sur l'Encrier toujours, deux personnes ont commenté Mirage. Plus rien depuis deux chapitres. Elles ont sûrement autre chose à faire de leur vie, mais je ne peux m'empêcher de penser : "Et si elles n'avaient pas aimé ? Et si la suite était minable ?"
Avant, je m'en fichais. Maintenant, j'en suis malade.

Et puis il y a eu un petit mot terriblement gentil et gênant, toujours sur l'Encrier.
"Une auteur talentueuse"...
Ah bon.
Oh et puis oui, pourquoi pas ?
Mais si je suis talentueuse, ne mérité-je pas plus de remarques en ce sens ?
STOP ! Pente glissante.
Plus je reçois de compliments, plus je suis orgueilleuse. Et je n'aime pas ça.
Alors pourquoi aimé-je les commentaires sur ce que j'écris ? Je ne sais pas.

Je sais que je préfère qu'on me dise "J'ai passé un bon moment à te lire" plutôt que "C'est très bien écrit". Ça me permet de concilier mes envies de retour et ma peur de devenir orgueilleuse, sans doute. Si vous êtes consentants, c'est plus facile d'apprécier... De quoi ?
Je ne sais pas quoi faire, et je n'arrive même pas à organiser mes idées correctement à l'heure où j'écris. Chuis misérable.

Bon mois, à la prochaine.

PS : Oh, et l'émission de Synops Live avec moi dedans est désormais disponible. Près de 300Mo, alors c'est à ne récupérer que si vous êtes vraiment motivés...

___________________________________________
Ajout du 21/09/10 :

Allez, rassurons tout ce monde-là, la "dépression" a duré le temps d'un après-midi. Manque de pot, c'était celui du quinze.

Merci de vos petits mots et à bientôt pour de nouvelles aventures...

4 commentaires:

  1. J'suis sans doute pas la mieux placée pour te répondre, mais j'en ai envie, alors je le fais !

    "J'ai soif de retours, de "comm'z", d'avis. Je ne suis pourtant pas moi-même grande distributrice de ce genre de messages." > Je suis exactement pareille. Et alors ? Si on écrit, c'est (ok, pour ce faire plaisir, d'abord) pour faire ressentir des choses aux gens, ou les faire réfléchir, c'est ça qu'on aime, non ? Personnellement, en tout cas, c'est pour ça que j'aime écrire. Tout peut y passer... Savoir si notre but est atteint, ça fait souvent beaucoup de bien.
    Je ne pense pas que tu doives être misérable ou honteuse, crois-moi...

    RépondreSupprimer
  2. « Je prends un très grand plaisir à ne pas te lire. »
    Ca pourrait être amusant comme commentaire ça aussi. Mais il ne faut pas avoir peur d'être attentif aux retours des internautes. Ici, contrairement à ce qu'il se passe généralement dans le monde "réel", la barrière entre le créateur et les appriciateurs est extrêmement fine. Il ne faut qu'un minime effort pour qu'un commentaire apparaisse. Sauf que parfois, on a la flemme ou juste rien à dire.
    Dans tous les cas, que les commentaires arrivent ou pas et qu'ils soient bons ou pas, il faut savoir les remettre à leur place de commentaire. Un truc posté un peu bizarrement par un inconnu complet. Des fois, ça fait plaisir même si c'est négatif, des fois ça rend bizarre même si c'est positif. Le truc, c'est de savoir comment interpréter ça et de savoir comment réagisse habituellement les commentateurs. L'idée est donc de te constituer un petit groupe de lecteurs que tu forceras de temps à temps à lire et commenter tes nouvelles. Tu connaîtras leurs goûts et leurs réactions basiques et ça te permettra de savoir comment juger le tout. Le reste, ça te permettra de conserver tes névroses si jamais tu as trois avis identiques parce que voilà quand même. :D

    RépondreSupprimer
  3. Tiens, une névrosée.

    Promis, juré, je lirai bientôt (au pire l'été prochain - c'est encore bientôt non ?!) la troisième aventure de Katzumi et les nouvelles que j'ai ratée (je lisais plus facilement quand tu me les envoyais tu remarqueras ^^) mais blablabla vie sociale, des trucs à lire pour hier, des sagas à écouter pour le journal du site du pingouin ci-dessus et ce genre de choses.

    Pour les commentaires sur les nouvelles, je connais ça également. Il y a toujours beaucoup d'écrivains sur les forums d'écriture, et très peu de lecteurs. C'est dommage mais c'est comme ça...
    Le plus simple est d'écrire pour soit et de partager avec une/deux personnes proches éventuellement. La solution des concours de nouvelles, même par internet si tu as la flemme d'envoyer un courrier (mon cas, oui, merci), peut être une autre source de satisfaction ou de profond désespoir intérieur, et je te renvois sur le site bonnesnouvelles ! ;)

    A bientôt.
    Sur ce, j'écoute (ENFIN) le GrandSynops 25 donc silence...

    RépondreSupprimer
  4. Allez, rassurons tout ce monde-là, la "dépression" a duré le temps d'un après-midi. Manque de pot, c'était celui du quinze :D

    Merci de vos petits mots et à bientôt pour de nouvelles aventures... :p

    RépondreSupprimer