vendredi 18 janvier 2013

Salutations du 18/01/13

Je ne sais plus si je souhaite être lue.


Par qui ? Pourquoi ?

Il me semble à peu près évident – et normal – que le taux de lecteurs sur ce blog soit extrêmement faible, puisque je n’entretiens même pas de rapport poussé avec ce nano-public.

a) Je poste n’importe comment. Je ne joue ni la pertinence, ni la présence. J’avais résolu de ne pas faire de ce blog le réceptacle de mes opinions ou de sautes d’humeur (ha ha ha ha ha ha ha ha hypocrisie bonsoir), histoire de ne pas poster à tort et à travers des articles susceptibles d’être regrettés. Résultat, je n’ai presque pas posté du tout. J’aurais peut-être dû tourner les News autrement. Sans doute, en fait. Même si seulement orienté contenu, teaser sur les nouveaux chapitres sortis, toujours imaginer que je m’adresse à un lecteur arrivé par hasard et pas à un vieux de la vieille, tout ça. Je pourrais repartir sur ces bonnes bases, peut-être.

b) J’espérais ne pas m’attacher. Ne pas sombrer dans la course à la reconnaissance, ni me gonfler d’orgueil à la vue des commentaires, encore moins en vouloir toujours plus, surtout pas sombrer dans une espèce de blog-system (qui n’existe même pas franchement). Je crois qu’on peut dire que j’y suis parvenue.

c) Quand je vois ce que j’écrivais à treize ans, quand je vois ce que j’écrivais à quinze ans, quand je vois ce que j’écrivais à dix-sept ans, quand je vois ce que j’écrivais à dix-neuf ans… Je ne sais pas si je tiens vraiment à exposer des archives. Et tout est toujours archive, quand on veut faire les choses correctement. La phrase écrite à l’instant est du premier jet (bouh le vilain), la phrase de la semaine dernière déjà du passé (ouh la la, je n’écrirais pas ça aujourd’hui). Allez savoir où se trouve le point d’équilibre, le chapitre pas-honteux-donc-montrable. Je ne trouve pas encore, pas tout à fait.

d) HS : J’ai attrapé un peu d’ambition,. Sous le foie, comme une tumeur stupide. À cause du leitmotiv, du motif répété qui finit par tourner l’esprit façon méthode Coué. Édition. Le principe du bouquin chaud avec son nom dessus, chez quelqu’un d’autre. Être édité. Une certaine reconnaissance de qualité. Un Vrai Éditeur. C’est le risque quand on se balade sur des forums un tantinet littéraires. Envoie des manuscrits envoie des manuscrits envoie des manuscrits. Alors au début, on fait mine de rien, on dit qu’on écrit avant tout par plaisir, et puis on se sent ridicule devant l’ambition des autres. Quoi tu partages sur Internet t’es folle plagiat plagiat plagiat. J’ai parfaitement conscience qu’un blog invisible ne saurait être plagié de par le fait même qu’il est invisible. C’est de la logique. Quand même. Et puis c’est même pas plagiable, faut du plagiable pour être plagié, m’enfin, et contre qui m’emporté-je puisque je ne parle à personne, tout ça n’a aucun sens. Tout ça pour dire que j’ai attrapé un peu d’ambition, là, et que j’essaye de m’en soigner.


Par qui, c’est fait. Pourquoi ?
… Et là je dois admettre.

a) J’aime écrire ces historiettes. Elles me détendent après le boulot. Elles font emprunter à mon petit esprit des chemins rigolos pour résoudre les petits problèmes de scénar qui se posent. (Les problèmes de scénar étant parfois « comment je sors mon personnage de cette situation inextricable », mais aussi « comment je force mon personnage ne pas se sortir de cette situation non-inextricable alors qu’il dispose d’au moins douze façons de s’en tirer et qu’il n’a aucune raison de les oublier dans la panique ».)

b) … Et les voir plaire me stupéfait et me ravit toujours autant.
Qu’ajouter là-dessus ?



Du coup, quelles sont les solutions, et quels projets en découlent ?

1] Renoncer à l’édition. Ça ne marchera pas, et, quand bien même, je n’ai pas le temps.

2] Pour être encore plus sûre, écrire du non-éditable. Il y a un « bon format », en littérature de l’Imaginaire*. Disons, entre 65000 et 100000 mots par pavé avec une tolérance limite jusqu’à 130000 (si vous écrivez en Times 12, ça fait entre 130 et 200 pages avec une tolérance limite à 260. Ces chiffres sont très approximatifs. Fiez-vous plutôt aux outils de statistiques). J’ai des petits projets en-deçà de cette fourchette, incasables, donc peu sujets à regret. En plus, ça fera moins mal aux yeux des lecteurs – parce que oui, lire sur écran, quand même, ça fait mal aux nœils.

3] Prospecter un peu de public. Pas du matraquage généralisé, hein ! Juste un peu, ne serait-ce que pour vérifier si au-delà des copinades forumesques j’arrive à intéresser qui que ce soit. Et puis si possible découvrir d’autres bloggeurs qui veulent écrire sans se prendre la tête ni se vendre ni flipper comme des dauphins sur la potentialité du plagiat, même si ça fait très nouveau hippie à cheveux sales comme revendication. (J’ai lavé mes cheveux hier, d’accord ?) Entrer dans le blog-system, quoi. Brrrrrrrrr. J’ai une de ces trouilles.

4] La ligne du dessus aurait dû déclencher un certain émoi chez le lecteur averti (non, pas à cause de la révélation sur mes cheveux, et arrêtez de m’imaginer sous la douche, c’est indécent). Netophonix, c’est exactement une assemblée de gens qui créent sans se prendre la tête. Le truc, c’est que je suis d’une nullité crasse en montage/mixage, même si je voudrais me remettre à faire du mono minimaliste stupide. Et je regrette que la lecture numérique soit bien moins agréable que l’écoute numérique.

5] Oh, j’oubliais l’univers de la fan-fiction, où les gens ne pensent pas un seul instant à l’édition** puisqu’ils n’ont pas le droit d’utiliser d’une façon commerciale les univers qu’ils reprennent. Je dois avouer que je n’ai jamais mis un pied là-dedans. Je ne saurais ni juger, ni en parler. Mais j’aime bien cette écriture pour le plaisir, même née d’une résignation forcée. Je devrais peut-être me renseigner un peu plus, notamment sur FictionPress.net né de FanFictions.net.

6] Ça, c’est un projet beaucoup beaucoup plus théorique. Voire ésotérique. Lancer une espèce de webzine littéraire. Très court. Trouver des auteurs pour démarrer. L’appeler « le prochain numéro ». Et le spécialiser dans les feuilletons. Proposer des histoires en plusieurs parties avec du suspense haletant, brr ! J’adorerais. Et puis, ça fidélise le lectorat, même s’il ne faudrait pas exagérer avec le concept et balancer du cliffhanger gratuit. J’m’étais dit que trois à huit épisodes faisaient un bon chiffre – vous imaginez ? Faudrait réussir à sortir huit numéros, du coup, sinon ça frustre. Et la durée de vie d’un webzine débutant, c’est souvent un numéro. Allez, deux. Et puis ajouter du son dans le webzine pour faire multimédia. Bref bref bref ! Je ne le mettrai sans doute jamais sur pieds, mais je caresse le concept. (Magp3 ? Quoi, Magp3 ? Ohpuréeouimagp3ohmerde)

7] Relancer les romans-photos débiles et trouver un moyen de les rendre "accès sûr et compréhensible pour tous". J'ai une idée derrière la tête. Oui, je pense avec mes pieds.

8] Ne surtout pas ouvrir de Tumblr. Je connais des gens qui sont sur Tumblr. Brr.

9] Ne surtout pas ouvrir de compte Facebook. Parce que.

10] Dépoussiérer @DoubleArobase, et, dans la lignée des trucs non-éditables, tenter à l’instar d’autres gens de petites expériences en 140 caractères. (Comment ça, c’est débile de cracher sur Facebook et Tumblr lorsqu’on a un twitter ?)

11] Et puis accessoirement, dans la lignée blog-system, mettre à jour mes liens.

Tout ça, tout ça.


Oh, ai-je dit que je ne savais plus si je souhaitais être lue ? J’ai commencé à écrire cet article il y a si longtemps. En fait, je reste indifférente à la non-lecture et j’apprécie la lecture, alors pourquoi m’en priver ?

Des choses reviendront bientôt. Du contenu qui ressemblera, j’espère, à quelque chose (additionnées, ce sont cinq cent trente-neuf pages qui sont censées ressembler à quelque chose). D’abord les trucs longs ; je ne suis pas encore très décidée sur l’avenir des nouvelles. Un hashtag à retenir : #couvertureextrêmementprétentieuse. Oui, j’ai décidé de donner dans le flashy. Histoire d’attirer l’œil.

Et puis la couleur principale va changer. Marre de ces carreaux et de ce mauve trop lumineux. Un truc un peu moins saturé et plus vers le côté bleu du spectre chromatique, dans un premier temps, devrait ne pas être trop laid – et j’ai envie de rayures verticales, pour inciter les gens à scroller, je suis machiavélique.

Moins de fractures de l’œil à prévoir. Faudra juste que je résiste à la tentation d’utiliser ce fond-là.


À une prochaine, tous ! Merci de votre lecture :)




*Je précise « de l’Imaginaire » surtout à cause de la taille du roman annuel de Nothomb.
**Non, Fifty Shades of Grey ne compte pas.



Nota Bene : Ce message fait l'objet d'une expérience sur Twitter.

7 commentaires:

  1. Y'a une légère sensation de défaitisme qui plane sur ce pavé quand même...non ? Bon, on va dire que j'ai rien vu...enfin, lu.

    En tout cas, y'a des idées, des projets, des envies, de l'ambition. Et ça, c'est bien. J'ai envie de dire : "Go ahead ! \o/" (oui, avec les bras levés).

    Moi, j'ai hâte de voir tout ça prendre forme et de te revoir prendre la plume. Tant que tu nous épargnes le fond de papillons psychédélique.

    Et si t'as besoin d'un coup de main, tu demandes, hein ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Défaitisme, défaitisme... Elle est bonne, de terre.

      Mais oui, je go ahead. J'attends juste demain. Demain, j'aurai passé mon oral et je serai en vacances jusqu'au premier février. :)

      J'ai essayé de reprendre la plume, ce week-end, après l'arrêt complet du véhicule en vue de passer les examens. Ça aurait pu être plus mauvais.

      Quant au coup de main, ben, si je considère l'hébergement, je pense que Fileden ne saturera jamais. Jamais. Jamais. :D

      Merci d'être passé ! A une prochaine. (Bientôt.)

      Supprimer
  2. Bonjour ! C'est le Netowiki qui m'a conduit ici très récemment, et du coup je n'ai connu ce blog qu'en mode travaux, mais j'ai hâte de découvrir tout ça. Alors bon courage pour tous ces projets, et à bientôt !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, c'est gentil, merci ! A une prochaine peut-être, alors ! :)

      Supprimer
  3. Bonjour ! Je m'excuse, je ne te connaissais pas avant mais je viens de faire un tour sur le NétoWiki où, sur ta page, je me suis rendu compte que tu avais joué dans beaucoup de mes sagas préférées ! :D

    Malheureusement, ce blog est actuellement en travaux, j'attendrais qu'ils soient finis ^^

    En attendant, tu as gagné un fan pour te soutenir ! Courage ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non mais c'est fou ce que ce blog refuse de mourir et fermente encore.

      Il va falloir vraiment m'en occuper, à force :D

      Merci du commentaire, Ekhy ; et à une prochaine peut-être.

      Supprimer
    2. Et moi qui croyait que tu voulais du succès ? :D

      C'est un plaisir ;) et je repasserais très souvent.. Pour admirer le fond coloré ^^
      Ekhy.

      Supprimer