jeudi 3 novembre 2016

The Adventures of Dr McNinja, un mélange subtil de docteur et de ninja






Né dans une famille de ninjas américano-irlandaise, entraîné à l'art de la médecine, Chris Hastings nous raconte ses aventures : bienvenue dans l'univers des Aventures du Dr McNinja, un webcomic de mundane fantastic fiction.

Pardonnez l'anglicisme et permettez une explication. L'univers dans lequel se déroule l'histoire a des caractéristique de notre univers réel à nous, mais il en est séparé par des détails comme le fait que les ninjas, tels qu'ils sont conçus dans les films américains comportant des ninjas, existent. Ou qu'une cité abritant des gorilles doués de raison et s'exprimant en langue des signes existe. Ou que des paléontologues mexicains ayant découvert des vélociraptors dans une caverne et ayant décidé de devenir des raptor banditos existe.

Tout se passe comme si des tas et des tas de mauvaises idées de films cools s'étaient retrouvées entassées les unes sur les autres sans influer en rien sur la vie quotidienne de ce monde.

Et c'est absolument merveilleux.



Visuellement, déjà, ça permet d'avoir des images comme celle-ci.


Le style graphique est un style comic book qui sert très bien cet univers et qui est très fun à regarder. Ce n'est pas pour rien que Chris Hastings a été embauché par la suite par Marvel pour divers titres comme une variation sur Deadpool intitulée Gwenpool ou une série de Loki.

Mais il n'y a pas que le style graphique. Il y a aussi une intrigue qui joue avec ses clichés, joue avec son concept pour mettre face à face deux conceptions de la société, deux conceptions de l'humour, deux conceptions de l'utopie. Et ce n'est peut-être pas très engagé politiquement parce que ça reste un comic book sur Internet, mais ça a le mérite de se poser des questions auxquels les personnages répondent en s'envoyant des tronçonneuses à la face.

Je n'ose pas trop vous divulgâcher plus que ça ce qui se passe, parce qu'une énorme partie de l'intérêt des Aventures du Dr McNinja, c'est l'effet de surprise, le "qu'est-ce qu'il va bien pouvoir encore inventer". Vous allez donc devoir, malheureusement, me croire sur parole quand je vous dis que j'aime beaucoup.

En plus, c'est en train de finir. L'auteur a travaillé plus de dix ans sur le projet, il veut passer à autre chose, boucler les intrigues qui pendouillent encore et offrir une fin cool à son personnage et à ses lecteurs. Alors, si vous voulez faire partie des gens qui pourront dire "j'y étais quand ça publiait encore", c'est l'occasion.



Contrairement à Homestuck ou à Dumbing of Age, je crois que cette fois-ci il va falloir faire un petit guide de lecture.

Quand un webcomic est vieux, ses premières planches, premiers strips, premiers arcs, sont parfois un peu inavouables parce que moins bien que le reste. Ça arrive à tout le monde, lisez les premiers Detective Comics, Batman tue des criminels avec des flingues parce que les auteurs n'étaient pas encore au courant que le Batman ne fait pas ça.

De cette même façon, la première aventure du Dr McNinja, Issue One Half (comprendre : "Numéro Un Demi") est un peu moins chouette que le reste, le docteur occupe un cabinet de dentiste au lieu d'un cabinet de médecine générale, l'humour est moins fin, l'histoire est moins fun.

L'aventure suivante, Meet the Doctor and His Friendly Staff, est déjà davantage canonique, et il me semble que l'auteur accepte que les lecteurs commencent par celle-là. Le trait se cherche encore, le noir et blanc est parfois un peu moche, mais sinon c'est très chouette.

Sinon, si vous aimez la couleur, la première aventure colorisée est Monster Mart. Mais si vous choisissez cette voie, vous devez absolument revenir en arrière et lire les aventures en noir et blanc à un moment ou à un autre.

Si vous n'êtes pas encore certains, la page de présentation de la série vous décoincera peut-être la décision.

Voilà. Bonne lecture.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire