mardi 4 juillet 2017

[1 mois / 1 projet] Mirage, partie 2 : on oublie janvier.

Remémorons-nous.

Cette année, j'ai décidé que consacrer un mois à un projet en particulier pourrait être une bonne façon d'en faire avancer plusieurs en même temps.

En effet, j'ai bouclé le premier jet de L'Ecriture des Rêves entre le 1er novembre et le 15 décembre de l'année dernière et j'espérais pouvoir garder cette dynamique pendant un an - histoire de finir des trucs, c'est sympa de finir des trucs.

En juin, j'ai réussi à corriger Saxifrage pour le rendre à peu près lisible.

En mai, j'ai réussi à avancer un peu sur Tout le monde aime le prof.

En avril, j'ai réussi à finir le premier jet de Saxifrage.

En mars, j'ai commencé à ajouter des commentaires de mes nouvelles sur le blāūg. (Je ferai un article de récap quand j'aurai fini).

En février, j'ai réussi à corriger L'Ecriture des Rêves et à l'envoyer à six personnes pour relecture.

En janvier, j'ai totalement échoué à écrire le premier jet de la partie 2 de Mirage.

Cette fois-ci, n'échouons pas.


Cahier des charges du mois

Le cahier des charges de la partie 2 est simple : il s'agit d'introduire un mystérieux nouveau personnage principal (que qui a lu la version précédente reconnaîtra), de régler les soucis pénaux de Nathanaël (seigneur de la Maison Luz qui a fait une énorme connerie, mais vous n'êtes pas sûrs de ce que c'est) et de jeter des idées mystérieuses sur Angeline (qui est une créature constituée d'air qui survit dans l'air ambiant sans paraître en être séparée par une membrane solide, ce qui n'a aucun sens dans la réalité physique de notre monde).

Le tout en dix chapitres de 3 à 5 pages.

Je vais m'amuser.


Publication de Saxifrage

C'est décidé : je publie la première mise à jour lundi prochain, le 10 juillet, je ne sais pas encore à quelle heure.

En revanche, je ne sais pas encore si je vais pouvoir publier la deuxième mise à jour. Je pars en vacances le 14 juillet et je ne suis pas sûre qu'il y ait Internet là où je vais.

Je vous tiens au courant quoi qu'il en soit.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire