dimanche 1 octobre 2017

[1 mois / 1 projet] Faisons disparaître Disparue de la liste des projets.

Bonjour !

Nous sommes le premier du mois et le premier du mois, j'annonce un projet. Ou plutôt, je prends une sorte de pari sur ce que je serai capable de faire en un mois. Vous connaissez la routine, maintenant : nous jouons depuis quoi, février ?



Version finale du vieux machin

Disparue, petit nom de Disparue sans laisser d'adresse, raccourci de Disparue sans laisser d'adresse mais en même temps quand on laisse une adresse on n'a pas disparu, est un de mes plus vieux textes puisque le machin remonte à septembre-octobre 2009.

Il a fait partie des textes disponibles à l'ouverture de ce blāūg, d'ailleurs, que j'appelais encore un blog parce que je n'étais pas hipster. Je crois que j'ai dû garder l'article originel quelque part.

C'est une histoire qui se voulait policière mais qui n'en maîtrisait pas du tout les codes, et qui recourait à un bon gros Deus Ex Machina sur sa fin. Notons aussi que la personnage principale se voulait intéressante mais qu'elle souffrait des manques de son autrice.

La première version avait certes ces défauts flagrants, mais aussi quelques morceaux mignons, et ça fait pas mal d'années que je voudrais sauver ces derniers en écrivant une version qui me convienne mieux.

J'ai à peu près 40% d'écrit de cette nouvelle version, à un détail près : j'ai résolu, depuis la rédaction de ce bout, de changer de gros morceaux du déroulement originel de l'histoire, dont je dois donc supprimer le foreshadowing dans ce qui est écrit, et réécrire mon chapitre 1 qui plonge strictement tous les relecteurs jusqu'ici dans la confusion la plus totale.

Y a plus qu'à !


Tout le monde aime le prof

Pour ce qui est de notre projet du mois dernier : j'ai fini le scénario. Je suis un peu contente.

Je suis toujours sur le montage l'épisode 2 parce que devinez quoi, j'ai pris du retard sur mon planning sonore - mais pas encore assez pour qu'il soit définitivement impossible de le sortir le 4 octobre. Pour l'occasion, je me ferai enfin mon petit topic sympathique sur le Netophonix.

Cet épisode sort de la salle de classe et lance ce qui fera le cœur de l'histoire ! J'espère que vous l'apprécierez - même si, plus ça va, plus je crains que Tout le monde aime le prof soit un meilleur moyen-métrage qu'il ne sera une bonne série. On verra.

Peut-être que je me prends trop au sérieux, que vous verrez la saga comme un navet ou un nanar, mais je ne peux pas laisser ma parano m'empêcher de raconter des trucs : si on cède à la culture de la moquerie, il ne reste plus rien dont se moquer et la vie est bien vide.

Je mets un point final à cet article, et je retourne monter.

À très bientôt.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire