mardi 22 janvier 2019

News du 22/01/19

...



AH OUI C'EST VRAI J'AI UNE NEWS MENSUELLE À ÉCRIRE


Bon ben faisons ça en trois parties : écriture, son, boulot. Ça baigne ?

Écriture

J'écris pas beaucoup en ce moment mais je publie toujours les chapitres de la partie 2 de Mirage sur Wattpad les mardi. D'ailleurs, aujourd'hui, j'ai failli oublier.

Bon plan pour vous si vous écrivez de la littérature : ce concours de feuilletons littéraires. Pour ma part je n'ai pas réussi à y caser un projet, mais me demander comment créer un épisode où il se passe quelque chose avec si peu de mots par épisode m'a fait me creuser la tête et m'a inspirée, ce qui est tout le mal que je vous souhaite.

Par ailleurs, il y a une playlist Youtube en accès totalement libre intitulée "La Page Blanche" qui propose un "tuto pour apprendre à écrire un roman" ; j'ai la ferme intention de le regarder un jour et de vous le recommander ou de vous le dérecommander en fonction de ce que j'en aurai pensé. Ca compensera pour tous les articles écriture que je n'ai jamais écrits.

Son

J'ai réussi à reprendre l'écriture de Tout le monde aime le prof. Par ailleurs, mon groupe de création, Oriog Créations, m'a demandé d'ajouter un avertissement de contenu sur la série pour des raisons tout à fait légitimes : TLMALP est angoissante, et a pour le moment un branding qui fait que quelqu'un qui voudrait écouter l'histoire banale d'une prof qui prend ses marques dans un nouveau collège pourrait se faire piéger dans une fiction horrifique.

Je voulais profiter d'être sur mon blog personnel pour vous parler des raisons pour lesquelles il n'y avait pas d'avertissement de contenu avant ça. Parce qu'après tout, j'ai toujours su dans quelle direction allait TLMALP.

C'est basiquement une question d'ego.

Mes expériences personnelles de professorat se sont passées comme elles se sont passées. TLMALP est une histoire fondée sur un cauchemar dans lequel j'étais une professeure, d'abord aux prises avec une classe récalcitrante, puis avec une collègue terrifiante qui s'en prenait aux enfants. Ce cauchemar est le reflet distordu de mon histoire personnelle et de mon histoire professionnelle, au cours desquelles j'ai été amenée à confronter des situations difficiles.

Lesdites situations n'étaient pas précédées d'un avertissement de contenu, ni pourvues d'une échappatoire.

Donc, ouais. Pour satisfaire je ne sais quelle perversion, j'ai caché la vraie nature de ma série audio, comme si je voulais prendre les auditeurs et auditrices au piège. Bien sûr tout n'est pas si simple et il y avait aussi de la fausse pudeur de scénariste : "Je ne peux pas affirmer que ma série est angoissante ! Si ça se trouve, j'ai raté l'écriture et c'est juste nul." Mais tout de même, quelles qu'aient été les raisons de cette dissimulation, ce n'était pas très sympa.

Cette période est désormais révolue. (Et le sera davantage quand j'aurai ajouté la vidéo d'avertissement de contenu à la playlist Youtube).

La raison pour laquelle j'en parle sur mon blog public plutôt qu'en privé avec Oriog, c'est que mon objectif n'est pas de donner des contrarguments à l'ajout d'un avertissement de contenu à ma série : mon but est de raconter un point de détail dans ma vie créative dont la narration servira peut-être de support de réflexion à quelqu'un d'autre qui viendrait lire ces lignes.

Totalement un autre sujet : j'ai un projet audio secret que je vais tester en mars avec François TJP. Le François TJP ! Celui qui change le son en or ! (Même que ça fait des bouchons en or dans les oreilles !) Je vous en reparlerai quand ce sera plus net, mais ça m'a tellement fait plaisir de commencer à poser les bases de ce projet que j'avais envie de le crier sur les toits !

Boulot

J'ai repris ma formation ! Des nouvelles bientôt. J'espère. Si je ne plaque pas tout pour aller vendre des assurances.

J'ai repris le boulot ! Je fais des ateliers réguliers dans deux écoles sur Paris, j'anime en ponctuel à l'UNESCO pour une semaine à partir de bientôt, et je vais faire des ateliers dans des centres sociaux pendant les vacances. On dirait pas comme ça, mais ça me fait bien plaisir : la médiation scientifique, c'est pas le métier le plus crucialement utile de la société (c'est se berner que de le croire), mais ça m'aide à me sentir utile.

    Aucun commentaire:

    Enregistrer un commentaire