mardi 1 janvier 2019

[2019] Bonne année. Des résolutions ?

Avez-vous des résolutions pour la nouvelle année ?

Je suppose que oui. Tout le monde en a. Voici les miennes.


Avec de l'espoir, je résous de :
  1. Valider mes UEs pour ma formation histoire de ne pas devoir tout refaire l'an prochain ;
  2. Trouver du boulot un peu plus stable, que ce soit en complétant mon revenu par d'autres vacations ou du freelance ou carrément en péchotant le CDD ou le CDI kivabien ;
  3. Finir d'écrire mes articles pour Les Criquets Migrateurs (il en reste genre quinze max, vingt si je pousse) ;
  4. Publier la partie 2 de Mirage (minimum) voire la partie 3 (royal) et peut-être la 4 (deluxe) [et du coup les écrire avant] ;
  5. Terminer Tout le monde aime le prof ;
  6. Aller mieux.
Mais au fait, qu'ai-je donc fait cette année ?
  1. Je me suis lancée dans une formation en médiation scientifique en m'auto-hypant pour sortir de l'immobilisme et viser la sortie de la précarité ;
  2. Je suis allée à des entretiens d'embauche et j'étais crédible ! moi ! imaginez ! ;
  3. J'ai voyagé tout autour du monde et j'ai écrit... 21 articles et 35 recettes pour les Criquets Migrateurs. Nom d'une pipe en bois, c'est beaucoup. Et personne ne les a lus ! :D ;
  4. J'ai un peu remanié la partie 2 de Mirage grâce à une bêta-lecture de mon adorée Susi-Petruchka et j'ai commencé ENFIN à écrire la partie 3 ;
  5. J'ai sorti l'épisode 4 de Tout le monde aime le prof, plus un mini-épisode pour justifier une longue pause dans la série ;
  6. Un projet de roman m'est tombé dessus, un jour je l'écrirai ;
  7. D'autres projets de romans et de nouvelles m'ont fait "coucou, tu te souviens de nous ?" et m'ont obligée à prendre des notes ;
  8. Malgré la magnificence du voyage, malgré l'excitation de prendre un nouveau départ, malgré la chaleur de mes amis et la patience de mon compagnon, il me reste en ce 31 décembre une vague tristesse, peut-être saisonnière, peut-être permanente, un sentiment d'inutilité et d'incapacité, une peur d'échouer et de décevoir, une crainte de ne parvenir à rien de ce que j'ai cité dans la première liste, une envie de me rouler en boule et de laisser la catastrophe arriver plutôt que de gaspiller de l'énergie à la maintenir à l'écart, une honte de cette attitude et une honte de moi-même en général, et la certitude que rien ni personne ne peut améliorer ma condition. Probablement un manque de vitamines. Faut que j'aille acheter des légumes. Nom nom nom les bons légumes.
Hum. Du coup, pour bien démarrer l'année : le onzième chapitre de Mirage - premier de la partie 2 - est publié sur Wattpad ! Un chapitre sera publié toutes les semaines jusqu'à début mars. Avec un peu de bol, j'aurais eu le temps d'écrire la partie 3 et je pourrai enchaîner la publication. Avec un peu de bol.

Ça pourrait valoir le coup de relire les dix chapitres précédents pour se souvenir de l'intrigue, mais comme on n'a pas le temps, voici un résumé pourri :

Nous sommes dans une tour appelée la Tour éternelle où vivent quelques milliers de nobles. Nathanaël de Luz est un noble emprisonné qui dispose, comme tous les nobles, du pouvoir de créer des hallucinations aux gens - ce qu'il appelle "Illusions". Dans sa cellule arrive un machin conscient qui est informe et uniquement constitué d'air, mais capable de parler ; Nathanaël suppose qu'il s'agit d'un sylphe et l'appelle Angeline. Ensemble, ils s'évadent de prison - Nathanaël n'avait pas réussi tout seul.

Angeline casse la tête de tout le monde sur son passage, ce qui inquiète Nathanaël. Ils remontent ensemble dans les étages appartenant à la famille de Nathanaël - la Maison Luz -, malheureusement elle n'est pas là et ils se retrouvent coincés par deux gardes, le lieutenant Braquart et le major Chapuis, dont l'objectif est de les arrêter pour les remettre en cellule.

Nathanaël et Angeline s'échappent de nouveau et rejoignent une fête donnée pour le solstice d'hiver en espérant que la famille de Nathanaël s'y trouve et le protège. C'était une erreur de calcul, car la Maison Luz n'est pas là. C'est une erreur de calcul d'autant plus grande que la fête est donnée par Gabriel d'Ascley, l'ennemi juré de Nathanaël ; que les petits fours et le punch sont drogués parce que c'est ce genre de fête ; et que Nathanaël y croise le chemin d'Angeline de Coq, sa mère, qu'il dévisage bêtement alors qu'il est toujours un fugitif et que, leurs relations n'étant pas au beau fixe, elle ne peut que le dénoncer.

Nathanaël est arrêté et confronté par Gabriel d'Ascley - son ennemi juré. Nous apprenons alors que Nathanaël accuse Gabriel d'avoir tué son père, ce que Gabriel dément. Avant qu'on ait pu le faire renvoyer en prison, Angeline - le sylphe, pas la mère - jette Nathanaël par le balcon. Tout va bien : la chute est ralentie, et Nathanaël décide d'aller se cacher à un étage de la Tour qui sert de hangar pour les stocks des Maisons. Et voici déjà le chapitre 11 !

Je vous souhaite une excellente année 2019. J'espère revoir certains d'entre vous cette année. J'aimerais revenir à la vie.

La bise,

@now@n

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire